DOLE - TAVAUX : UN AEROPORT DE TROP - PRIORITE AU FERROVIAIRE ET AU CLIMAT

La Région Bourgogne Franche Comté s'interroge, via le CESER, pour savoir s ielle doit continuer de subventionner à tout va, une structure aéroportuaire déficitaire, inutile et climaticide.

DOLE TAVAUX

courriel -

Déjà en 2013 et 2015, la Cour des Comptes épinglait les soutiens publics régionaux concomittents des aéroports de Dijon et de Dole-Tavaux : budgets irréalistes, retombées économiques illusoires. A l'époque on parlait encore très peu de transition énergétique ou écologlique, de dérèglement climatique....

Depuis, les paysans du coin refusent de voir des terres agricoles se faire bétonner et manifestent ; l'aérodrome de Notre Dame des Landes fait parler de lui ; il est question d'un projet de tourisme de masse - Center Parcs - à Poligny (39) ; les "petites gares" TER de la Bresse et du Jura sont menacées de fermeture ; le TGV Rhin Rhône concurrence le transport aérien et vice-versa....

Depuis, les contribuables paient, et RYANAIR encaisse l'argent public. La nouvelle région Bourgogne Franche Comté doit aujourd'hui décider, à l'aune de la nouvelle situation, sur la base d'un rapport (1), quelle sera sa politique et stratégie aéroporturaire. Auxerre (89), Besançon, Champforgueil (71), Nevers (58) St YAN (71), Dijon-Longvic (21), Dole Tavaux, la Région accueille 9 sites aéroportuaires multi-activités pour 2.1 Meuros/an de subventions de fonctionnement...plus les investissements.

Pour DOLE TAVAUX, il faut rappeler que les subventions représentent environ 75% des produits annuels, pour 100 000 passagers, sachant qu'il est communément admis qu'une installation aéroportuaire ne peut trouver l'équilibre financier en dessous d'un seuil de 800 000 !

Depuis 2005, est institué le schéma régional d'aménagement, de développement durable et d'égalité des territoires (SRADDET), censé fixer les objectifs de moyen et long terme d'implantation des infrastructures d'intérêt régional, de désenclavement des territoires ruraux, d'intermodalité et de développement des transports. Exit l'ancien Schéma Régional des Infrastructures de transports(SRIT).

Le rapport MANCIA - qui sera soumis à la Région les 29 & 30 juin 2017 - relève que l'économie des aéroports intermédiaires a tendance à se dégrader du fait de coûts d'exploitation croissants, omet totalement l'impact environnemental et climatique. Bref, il ne saurait servir de base de réflexion pour quelque stratégie que ce soit pour une collectivité qui a voté des schémas régionaux de cohérence écologique et énergétique.

L'aéroport de Dole Tavaux est un aéroport de trop, sans utilité publique. La priorité doit être donnée au ferroviaire, plus cohérent avec les objectifs écologiques, énergétiques et répondant à des besoins touchant une population beaucoup plus grande.

Retour

Aricia - Le spécialiste internet du Jura

site créé avec Agestis , système de gestion de contenu